« Attachez-vous à la vie », la nouvelle campagne de la Sécurité routière

Plusieurs dizaines d’années après « un petit clic vaut mieux qu’un grand choc », la Sécurité routière est repartie en campagne pour le port de la ceinture. Un geste anodin, souvent obligatoire pour éviter la petite alarme sonore de son véhicule, mais qui n’est pas forcément respecté.

METTRE LA CEINTURE, UN GESTE PAS SYSTÉMATIQUE

Même si 91% des Français affirment la boucler systématiquement en voiture, une étude ASFA (association des sociétés d’autoroutes) de 2016 pointe une nette différence entre les places avant et celles à l’arrière lors d’un trajet sur autoroute.

Alors qu’à l’avant le taux du port de la ceinture frôle les 100% (99,3%), le port à l’arrière est loin d’être un acquit. 8,9% ne s’attachent pas, ils sont même 17,5% lors de trajets en semaine.

En 2016, 354 tués dans un accident de la route ne portaient pas la ceinture au moment du choc.

CEINTURE DE SÉCURITÉ : LES BONS GESTES

Pensez au « petit clic » avant même de démarrer.

Positionnez bien celle-ci. Pour le haut, elle ne doit pas être sur le cou mais au milieu de l’épaule (sur le montant, le système est réglable en hauteur à l’avant). La sangle basse doit passer sur les os du bassin (capables de supporter une pression importante) et non le ventre.

Enlevez tout vêtement épais, et notamment en cette saison les doudounes, qui créent un espace entre la ceinture et vous. Le siège doit être droit, un dossier abaissé à 110° est dangereux en cas de choc.

La ceinture doit coller à votre corps, donc pas de pince ou de position laissant à la sangle la possibilité de bouger.

En cas de choc, une sangle avec un « relâchement » de 15 centimètres peut provoquer un traumatisme crânien, diverses fractures et un enfoncement du thorax avec des lésions souvent mortelles.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Dès 20 km/h, un choc peut être mortel en voiture.
Donc, même en ville, même pour un petit trajet, bouclez-là !