Radars : maintenant également dans les virages

Évolution de la technologie oblige, les radars autonomes ne se contenteront plus des lignes droites pour flasher, ils pourront être déployés dans les virages, a prévenu la Sécurité routière.

UNE NOUVEAUTÉ

Alors que ses détracteurs brocardaient les emplacements des radars sur de grandes lignes droites, une nouvelle génération de dispositifs arrive au bord de nos routes.

Le nouveau système a été homologué le 25 juillet dernier par le Laboratoire National de Métrologie et d’Essais.

UN LOOK QUE VOUS AVEZ PEUT ÊTRE DÉJÀ CROISÉ

En effet, ces radars autonomes, aux allures de remorques avec leurs roues et leurs plaques d’immatriculation, ne sont pas des plus discrets, un système déjà utilisé aux abords des chantiers.

Ce boîtier est capable de contrôler dans les deux sens et de faire la différence entre une voiture et un camion, mais dont la mise en place semble être complexe, l’angle de visée devant être précis avec une hauteur définie.

Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la Sécurité routière, a précisé qu’il ne serait pas dans le virage, mais un peu avant ou un peu après et – contrairement aux contrôles avec jumelles – annoncé par un panneau.

Une complexité d’installation et d’utilisation qui fera sûrement la joie des avocats spécialisés en droit routier.

UN OBJECTIF : COUVRIR DES ZONES À RISQUE

Avec 248 unités, le ministère souhaite couvrir les routes sinueuses, notamment en montagne afin de « sécuriser les enchaînements de virages et les zones difficiles d’accès ».

Une technologie de contrôles dans les courbes qui devrait être étendue aux autres dispositifs dans l’avenir.

LE SAVIEZ-VOUS

En 2016, 497 automobilistes et 160 motards ont été victimes d’un accident mortel dans un virage.