90 heures perdues sur les routes franciliennes en 2016

Après une légère amélioration des conditions de circulation aux heures de pointe en 2015, 2016 ne sera pas un bon cru pour les bouchons dans la région. Nos experts ont en effet constaté une augmentation du taux de saturation du réseau de 3,9%.

12H30 DE PLUS PERDUES EN 2016

L’année 2016 a été riche en événements divers ayant des répercussions sur le trafic ; les mouvements contre la loi travail, les opérations escargot de taxis et VTC provoquant de grosses difficultés, voire la paralysie du boulevard périphérique.

La météo hivernale n’a pas été neigeuse, mais les inondations importantes en juin ont imposé la fermeture de nombreux axes sur le réseau secondaire et un report sur les grands axes.

DES RAISONS STRUCTURELLES

Les coutumiers du périph sud-est sont désormais habitués au bouchon à l’approche du quai d’Ivry, à proximité de la porte de Bercy. En cause, les travaux de reconfiguration de l’échangeur avec réduction du nombre de voies et limitation de la vitesse à 50km/h. Un bouchon qui était le seul persistant l’été dernier, réputé pourtant calme.

La question de la voie Georges Pompidou reste posée. Sa fermeture des Tuileries au pont d’Austerlitz a provoqué un report partiel sur le périphérique et l’A86. Cependant il faudra être encore patient pour analyser l’effet à moyen terme.

LE SUD ET L’EST : LES AUTOROUTES LES PLUS DIFFICILES

L’A6a avec sa voie dédiée reste l’autoroute francilienne la plus encombrée vers Paris, suivie de près par l’A6b et l’A3. L’A3 étant, pour sa part, l’autoroute la plus difficile vers la banlieue.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Le jeudi est la journée à éviter, 254 km de bouchons en moyenne en cumulant les pics du matin et le soir. Vendredi avec ses 148 km le soir reste la fin de journée à éviter, cumulant 13% des embouteillages de la semaine.

Télécharger l’étude en version PDF