Voiture connectée : la protection des données restent la plus grande inquiétude

La FIA, Fédération Internationale de l’Automobile, a mené récemment une étude dans 12 pays afin de mieux cerner les attentes des consommateurs en ce qui concerne les véhicules connectés. Si les Européens ne s’opposent pas à la voiture connectée, il reste un sujet délicat : la protection des données privées.

La voiture connectée est, pour plus de la moitié des répondants, un moyen de gagner en sécurité. Pour 48 % d’entre eux, elle aurait également un impact positif sur le rendement énergétique et pour 39 % elle permettrait d’éviter les embouteillages. Mais la question que se posent, et qui inquiète, toujours les Européens, est de savoir comment seront utilisées les données récoltées par les véhicules.

Ils sont 88 % à craindre la fuite de leurs données privées, et respectivement 86 et 85 % à craindre l’utilisation de ces données à des fins commerciales et le piratage de leur voiture. 76 % d’entre eux souhaitent donc pouvoir partager leurs données de façon limitée et pas sur tous les trajets. En d’autres termes, ils veulent pouvoir contrôler les informations partagées. 91 % des répondants déclarent vouloir pouvoir couper l’envoi des données quand ils le souhaitent.

Au total, 95 % des répondants veulent qu’un cadre législatif soit mis en place pour protéger leurs droits et les données collectées par les voitures connectées.

Cet article fait référence à la vidéo du 18 janvier 2016.
Regardez la vidéo